Email

baced.siege@baced.bf

Téléphone

(+226) 25.37.56.60 / 78

Adresse

Boulevard Mouammar EL KADHAFI
01 BP 3 700 Ouagadougou 01

Reboisement à Ouaga : L’ONI apporte 2500 plants

Reboisement à Ouaga : L’ONI apporte 2500 plants

e personnel de l’Office national d’identification (ONI) en partenariat avec le conseil régional du Centre a organisé un reboisement ce samedi 27 juillet 2019 à Ouagadougou. Le site retenu était le bosquet du conseil régional situé à Bargo.

Le Burkina Faso est un pays sahélien et désertique. Le désert avance à grand ms pas. Egalement, les effets du changement climatique se font de plus en plus sentir avec, entre autres, les inondations à chaque saison de pluie. C’est dans ce sens que le personnel de l’Office national d’identification en collaboration avec le Conseil régional du Centre a organisé un reboisement. C’était ce samedi 27 juillet 2019 à Ouagadougou.

Burkina Faso : L’ANEREE plante des arbres à l’Ecole Supérieure Polytechnique de la jeunesse

Burkina Faso : L’ANEREE plante des arbres à l’Ecole Supérieure Polytechnique de la jeunesse

L’Agence nationale des énergies renouvelables (ANEREE) a procédé à une plantation d’arbres à l’Ecole supérieure polytechnique de la jeunesse ce vendredi 4 septembre 2020 à Ouagadougou. Cette activité entre dans le cadre du projet “10 Actions canicule” porté par l’ANEREE. 

Dans l’objectif d’accompagner les efforts du gouvernement burkinabè dans la préservation de l’environnement, l’Agence nationale des énergies renouvelables (ANEREE) a organisé un reboisement à l’Ecole supérieure polytechnique (ESUP) de la  Jeunesse.

A cette occasion, le Directeur Général de l’ANEREE, Issouf Zoungrana a annoncé que « l’objectif numéro 7 inscrit dans le plan national de développement économique et social par les projets pour l’accès de tous les Burkinabè à l’énergie est de faire de l’efficacité énergétique une priorité ».

Selon lui, le gouvernement burkinabè s’est tourné vers les énergies renouvelables, notamment l’énergie photovoltaïque et l’efficacité énergétique en vue de répondre aux besoins énergétiques du pays. Le gouvernement a donc mis en place, a-t-il poursuivi, un arsenal politique et juridique en vue d’assurer d’une part, une meilleure accessibilité des populations à l’énergie et d’autre part, contrôler la qualité des équipements qui rentrent au « Pays des Hommes intègres ».

Pour Issouf Zoungrana, la limitation du réchauffement climatique passe  également par la plantation d’un grand nombre d’arbres. Dans cette optique, plusieurs plants ont été remis à des structures telles que le Ministère de l’énergie, la SONABEL, l’ABER, la SONABHY, et ce jour, à l’ESUP Jeunesse.

Le Directeur général de l’ESUP, Ismaël Ladji Touré, a indiqué que cette cérémonie est de grande importance en ce sens que l’ESUP offre aussi des formations dans l’énergie renouvelable. Il a  salué l’accompagnement de l’ANEREE dans l’élaboration des curricula de formations en matière d’énergie renouvelable.

La cérémonie a été bouclée par une plantation d’arbres au sein de l’ESUP.

A noter que cette activité entre dans le cadre du projet “10 Actions Canicule”, porté par l’ANEREE, précisément dans son volet Participer à la campagne nationale de reforestation 2020.  Son objectif est de planter des arbres dans des administrations publiques et privées de Ouagadougou afin de créer dans 5 ans de l’ombrage qui contribuera à la réduction de la consommation d’électricité d’une part, et d’autre de la préservation de l’environnement et du bien-être des populations. A terme, 1 00 plantes seront mis en terre dans la ville de Ouagadougou.

Ouaga : Des anciens élèves reverdissent l’école « Tampouy D »

Ouaga : Des anciens élèves reverdissent l’école « Tampouy D »

La communauté des anciens élèves de l’école « Tampouy D » de Ouagadougou se sont retrouvés, ce dimanche 8 août 2021, au sein de leur école pour un reverdissement. Au total, 40 arbres d’espèces variées ont été mis sous terre par ces anciens de diverses promotions depuis les années 90.

Dispersés depuis bientôt 27 ans, c’est en 2021 que la communauté des anciens élèves de l’école «  Tampouy D » se sont retrouvés de nouveau. Pour marquer cet acte, la communauté a décidé de verdir leur ancien lieu de formation, ce dimanche 8 août 2021 à Ouagadougou. 

Au total, 40 arbres composés de neemier, manguier, filaos et des fleurs ont été mis sous terre. Selon l’initiateur de cette action, Wangnin Zerbo, journaliste et community manager, ce nombre minime est dû au manque d’espace dans l’enceinte de l’école. « Nous avons prévu une centaine d’arbres. Cependant lorsque nous sommes arrivés, nous avons constaté que l’espace était insuffisant donc nous avons limité le nombre aux 40 arbres que voici », a-t-il dit. 

À l’entendre, ce choix de planter des arbres dans cette école est une manière pour eux de pérenniser une retrouvaille qui date de 27 ans. « En 2021, on a réussi à se retrouver et se reconstituer en communauté d’anciens élèves. Donc nous avons tenu à faire de notre première activité une plantation d’arbres afin de fixer pour de bon les liens et espérer que ce que nous allons faire profite à l’école », a-t-il ajouté. 

Burkina Faso : 500 plantes mises sous terre dans la commune de Koassanga

Burkina Faso : 500 plantes mises sous terre dans la commune de Koassanga

Les travailleurs du Conseil Économique et Social (CES) ont procédé à leur traditionnel reboisement, ce vendredi 20 août 2021, dans le plateau-central. Dans l’ensemble, 500 arbres ont été mis sous terre dans la commune de Koassanga, sur un site de 8 ha.  

Depuis trois années successives, le Conseil Économique et Social (CES) procède à des campagnes de reboisement dans la région du plateau-central. Contrairement aux autres années, la campagne s’est tenue dans la commune de Koassanga, ce vendredi 20 août 2021. 

Au total, 500 arbres dont le neere, le nêem, le baobab, l’eucalyptus, des lianes et des tamarins, en gros des plantes locales, ont été mis sous terre. Ces arbres sont de 5 espèces différentes plantées  sur un espace de 8 hectares.

Selon le Secrétaire général du CES, Jean-Baptiste Zoungrana, ce geste est  une réponse à l’appel du gouvernement dans sa politique de lutte contre la déforestation manifesté par le lancement de la journée mondiale de l’arbre tenue sous le thème « Arbre, Identité Culture et Cohésion Sociale ».

«  L’objectif c’est de mettre au moins 500 plantes sur le site et surtout des espèces locales pourvoyeuses des principaux produits forestiers non ligneux d’origine végétale. Cela  va permettre à la population de pouvoir s’en servir dans les années à venir, tant au plan nutritionnel que les avantages qui iront avec », a ajouté le secrétaire général.